Angélus : la foi en Jésus donne son sens à la charité

  • 2 Mois depuis
  • 0

En ce 21ème dimanche de temps ordinaire, le Pape a commenté l’Évangile selon Saint Mathieu : la profession de foi de Simon, à qui le Christ donne le nom de Pierre. François invite chacun à se demander «qui est le Christ» pour lui, s’Il est le centre de sa vie et de ses engagements. Le Pape rappelle que la charité, «principal chemin vers la perfection de la foi», nécessite que l’on regarde l’autre avec les yeux mêmes de Jésus.

Depuis la fenêtre des appartements pontificaux, le Pape demande aux baptisés de répondre à leur tour à la question que Jésus posa à ses disciples il y a deux mille ans : «Pour vous, qui suis-je ?». Ce dimanche, le Pape a en effet commenté l’Évangile selon saint Mathieu qui présente le moment où Pierre professe sa foi en Jésus comme Messie et Fils de Dieu. Une confession «provoquée par Jésus lui-même», explique François car, au terme d’«un parcours d’éducation de leur foi», le Christ «veut amener ses disciples à faire le pas décisif dans leur relation avec lui».

Jésus demande à ses disciples de s’engager

Entouré de ses disciples, dans la région de Césarée-de-Philippe, Jésus commence par une première question «Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ?» ; une question posée dans «la perspective de la foi et non des ragots», précise François. Les réponses fusent, pour le Pape «les disciples semblent rivaliser pour rapporter les différentes opinions, qu’ils partageaient peut-être eux-mêmes dans une large mesure». En substance, Jésus de Nazareth était considéré comme un prophète.

Puis vient une seconde question, qui vient toucher les disciples au plus profond d’eux-mêmes : «Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ?». Un temps de silence semble perceptible, note le Pape, chacun est en effet appelé à «se mettre en jeu», en expliquant pourquoi personnellement il suit le Christ. «Une certaine hésitation est ainsi plus que légitime» estime François.

La profession de Simon, un acte de grâce

Simon les libère de leur embarras en répondant «avec élan» : «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant !». Cette réponse «si pleine et lumineuse, nous dit François, ne vient pas de son impulsion, aussi généreuse soit-elle, mais est le fruit d’une grâce spéciale du Père céleste». Jésus y voit d’ailleurs lui-même l’inspiration de la grâce: «ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux».

Après la profession de de foi de Simon, le Christ déclare d’un ton solennel : «Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle». Il fait ainsi comprendre à Simon le sens du nouveau nom qu’il lui a donné «Pierre ». «La foi qu’il vient de manifester est la « pierre » inébranlable sur laquelle le Fils de Dieu veut construire son Église, c’est-à-dire sa Communauté» explique le Pape François. Encore aujourd’hui, poursuit-il, l’Église va de l’avant en s’appuyant sur la foi de Pierre que Jésus reconnait comme le chef de son Église.

Qui est le Christ pour nous ?

Aujourd’hui, le Saint-Père souhaite que chacun entende la question de Jésus «Pour vous, qui suis-je ?» et il ne s’agit pas de donner une «réponse théorique» qui s’appuie sur ce qu’on a appris ou de la culture, mais qui «engage sa foi». Pour le Pape, «elle nécessite que l’on écoute intérieurement la voix du Père et que l’on soit en harmonie avec ce que l’Église, rassemblée autour de Pierre, continue de proclamer». Il faut comprendre, poursuit-il, «qui est le Christ pour nous, s’il est le centre de notre vie et le but de notre engagement dans l’Église et dans la société». C’est une question à laquelle, il faut répondre chaque jour, rappelle François.

Le Pape rappelle enfin que parce que «la charité est le principal chemin vers la perfection », il est «indispensable et louable» que la pastorale des communautés soit ouverte aux situations de pauvreté et d’urgence qui sont nombreuses. Il juge cependant nécessaire de rappeler que les œuvres de solidarité «ne nous détournent pas du contact avec le Seigneur».

La charité n’est pas philanthropie, c’est voir Jésus dans le visage des pauvres

«La charité chrétienne n’est pas une simple philanthropie mais, d’une part, c’est regarder l’autre avec les yeux mêmes de Jésus et, d’autre part, c’est voir Jésus dans le visage des pauvres», clame François qui prie la Vierge Marie afin qu’elle soit pour tous un guide et un modèle dans le cheminement de la foi en Christ, «qu’elle nous fasse prendre conscience que la confiance en Lui donne tout son sens à notre charité et à toute notre existence» conclut-il.

Vatican news

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?