Contribution : Enlève ton chapeau ! Non ! Je suis indiscipliné !

  • 6 Mois depuis
  • 0

Pourquoi une telle violence ?

Plusieurs cas d’agressions verbales ou physiques sont notés dans les institutions scolaires ces derniers jours. Ces violences, tendant à banaliser la mission des valeureux enseignants, émanent d’un cycle d’éducation de base mal phagocytée et sont devenues la « récréation » tant attendue et voulue d’éléments perturbateurs plus proche d’une nature sauvage qu’humaine.

Les quolibets, les insanités, les coups dictent leur loi dans des lieux sacrés par définition (l’école).Toutes ces situations sont malheureusement encadrées par une société complice et attentiste.

Mon propos ne saurait donc  ni faire l’unanimité ni se prévaloir d’être exhaustif. Ce n’est qu’une ébauche dans l’analyse et la recherche de solutions à travers des propositions.

Le rôle des parents

Ils sont les prémices d’une éducation de qualité, influente dans la vie courante, dans la rue et à l’école (seconde famille).Je ne mettrai dans le même panier tous les parents pour la simple raison que d’aucun ont fait de l’éducation de base leur parchemin. Cependant il est évident que la majorité a démissionné sans autre forme de procès. Elle a légué à une personne appelée « enseignant » la douloureuse mission de faire renaître en des êtres « légers » l’humanité. Les parents sont devenus impuissants devant leurs enfants parce que ces derniers sont devenus, tenez-vous bien, les « parents » des parents. La facilité avec laquelle les enfants défient les adultes dans les familles est juste énorme. Les fameuses discussions/rencontres familiales n’existent plus. Or de ces discussions provenaient un code de conduite privilégiant l’amour du travail, la vérité, le respect de soi, de l’autre et de l’environnement,l’honnêteté,la persévérance, la vigilance, la ponctualité, l’assiduité et j’en passe. Le rôle des parents,aujourd’hui,doit être le contrôle régulier du niveau d’éducation de l’enfant. Très tôt, ils doivent l’habituer au travail et au respect. Leur apprendre à aimer et à respecter la différence des cultures est un préalable. Leur apprendre à se contenter de ce qu’ils ont est aussi un préalable. La technologie aidant, les enfants deviennent vulnérables et agressifs. En effet beaucoup de comportements proviennent des téléfilms, clips ou musique mal accueillis. L’expérience a montré,d’ailleurs,que le parent n’est visionnaire et réactif qu’après un délit. Transférant la tâche à l’école, les parents se désintéressent tout bonnement.

L’enseignant, le second parent ? Oui…mais… !!!

Effectivement, l’enseignant est ce deuxième parent et l’école la deuxième famille. En principe, rien ne différencie la mission du premier nommé d’avec celle des parents biologique. En rien le devoir de l’enfant, dont l’ossature a été bien sculptée, ne change lors de la mise en œuvre du projet pédagogique. Toutefois la confusion vient du fait que la société veuille, si ce n’est déjà fait-tout attribuer à l’enseignant. Ce dernier est pourtant le moteur intellectuel qui n’inculque que la connaissance à l’enfant. Il définit les situations qui facilitent l’acquisition d’un esprit scientifique,littéraire,critique,etc.

Mais nous le savons, l’effort de l’enseignant qui conduit un être vers un état meilleur ne saurait se limiter à la transmission de la connaissance. Il se veut complet et rigoureux. A travers les leçons, les enfants découvrent la vie dans ses nombreuses facettes.Ainsi,la peine que requiert le travail de l’enseignant doit trouver un répondant : la collaboration des parents, leur entière implication doivent revigorer et motiver l’enseignant. Vouloir jeter l’anathème sur l’école et ses acteurs n’est pas la solution idoine pour replacer l’enfant sur le droit chemin. Il n’en demeure pas moins que  globalement les enseignants ont toujours allier l’éducation morale et intellectuelle pour une société meilleure. La discipline et le travail étant le secret des grandes nations, ils sont et ont toujours été dans les dispositions de procurer à l’enfant ces mêmes armes.

Donc nous voyons bien que l’école à une part de responsabilité, laquelle responsabilité est étayée par une éducation familiale rigoureuse. Qu’en est-il alors de ce régulateur de qui proviennent les moyens légaux et pérennes ?

L’Etat, libre régulateur…mais confinant les acteurs éducatifs sous l’orme ?

C’est à cette entité de trancher le nœud gordien. Toute décision qui a pour but la paix sociale et scolaire doit surgir de sa voix. Quand des potaches se permettent d’agresser des éducateurs dans leur lieu de travail ou ailleurs, c’est le monde à l’envers. Quand la sécurité des institutions scolaires est banalisée, c’est un tas d’idées nocives qui est mis en place par les enfants.À leur ingéniosité se substitue l’art de la défiance et de l’indiscipline. Quand les effectifs des classes sont pléthoriques sans aucun suivi psychologique des uns et des autres,une porte est ouverte vers la paresse et la violence. Il faut savoir qu’en plus de cela, les programmes scolaires, les emplois du temps, les activités parascolaires sont souvent source de problèmes dans nos écoles. Les jeunes en âge de maturité, ayant des emplois du temps assez légers sont exposés aux mutations physiques et psychiques. Ils ont alors besoin d’un suivi rigoureux que seuls le dialogue et l’écoute peuvent permettre.

N’est-il pas temps d’initier une brigade scolaire dans les écoles ? N’est-il pas temps  d’attribuer aux écoles avec de « gros » effectifs des ambulances ? N’est-il pas temps d’instaurer une formation militaire dans les écoles ? N’est-il pas temps de repenser le système éducatif (recrutement,passage,formation,réglement intérieur…) dans son ensemble ?

Il faudra, si l’on veut une école pacifique, prendre en charge de manière sectorielle les préoccupations des uns et des autres dans la mesure du possible et dans le respect des droits et devoirs de chacun. De manière ponctuelle, il faut que les écoles travaillent avec les élèves à mettre en place les précautions nécessaires pour un retour aux valeurs de respect, de travail, de discipline et d’intégrité physique de chaque acteur.

Par Blaise Guignane SENE, professeur de lettres classiques

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?