PARTAGER
Après avoir récité la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, le Pape François a prié pour les Indonésiens, frappés par un funeste tsunami volcanique dans la soirée du samedi 22 décembre.

 «Mes pensées vont aux populations d’Indonésie, touchées par de violentes catastrophes naturelles, qui ont provoqué de nombreuses pertes en vies humaines, de nombreux disparus, des personnes sans abri et des dégâts matériels considérables», a lancé le Pape, ému.  Le Saint-Père a invité tout le monde à se joindre à sa prière pour ces victimes et leurs proches.

Proximité spirituelle

«Je suis spirituellement proche de ces déplacés et de toutes les personnes qui ont été éprouvées. J’implore Dieu de les soulager dans leurs souffrances. Je lance un appel pour que notre solidarité et le soutien de la communauté internationale ne manquent pas à ces frères et sœurs», a ajouté le Souverain pontife.

À la mi-journée, dimanche 23 décembre, le bilan du tsunami provoqué par une éruption volcanique était de plus de 220 morts et quelque 800 blessés. Des centaines de bâtiments ont été emportés par une vague déferlant sur les côtes méridionales de Sumatra et l’extrémité occidentale de Java. La vague a surgi après l’éruption du volcan Anak Krakatoa, selon les déclarations à l’Afp de Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l’agence indonésienne de gestion des catastrophes.

Le secours des diocèses

Au lendemain de cette catastrophe naturelle, les soutiens internationaux s’activent. La Caritas italienne est en lien avec la Caritas Indonésie et en particulier les diocèses de Bogor sur l’île de Java et de Tanjung Karan sur l’île de Sumatra.

«Ces zones sont à quelques heures de la capitale Jakarta. Le gouvernement peut donc facilement envoyer des équipes d’assistance et de logistique pour les premiers secours», explique Yohannes Baskoro, directeur de Caritas Indonésie, ajoutant que la confusion régnait toujours sur le terrain. «Les dégâts sont énormes. Nous sommes prêts à faire le nécessaire pour apporter les premiers secours à la population touchée», a-t-il affirmé.

Un très fragile archipel indonésien

Cet été déjà, l’Indonésie a été frappée par de nombreux séismes sur l’île volcanique de Lombok. Localisée sur la «ceinture de feu du Pacifique», une zone à forte activité sismique, la touristique île de Lombok a survécu à deux séismes et de puissantes répliques de magnitude 6 à 9 au mois d’août, faisant plus de 500 morts et des centaines de milliers de sans-abri.

Source : vaticannews.va

Laisser un commentaire