PARTAGER

L’association sénégalaise Présence Chrétienne veut déployer « une série d’observateurs » pour l’élection présidentielle, dont le premier tour est prévu le 24 février 2019, sans compter au préalable la mise en place d’un cadre de dialogue « sain » pour débattre des propositions programmatiques des candidats, a annoncé, mardi soir à Dakar, son président Auguste Charles Turpin.

« Nous le voulons et nous le souhaitons forcément, ce que ne voulons : c’est mettre en place une série d’observateurs. Les observateurs, comme on le dit, ils n’interviennent pas dans le processus mais ils regardent », a indiqué M. Turpin, à la tête de cette association de laïcat catholique depuis juin 2016.

« Vu que nous avons un récépissé (depuis 2001) et nous  sommes reconnus d’utilité publique, nous allons introduire une demande pour que nous puissions mettre en place des observateurs », a poursuivi Auguste Charles Turpin, demeurant toutefois conscient que ce « rôle symbolique » que Présence Chrétienne veut endosser « demande peut-être énormément de moyens ».

« Mais nous allons (tout) faire pour que sur des sites essentiels Présence Chrétienne ait des observateurs », a précisé le président de l’association, s’exprimant lors des Mardis de Brottier, une « activité naturelle » de Présence Chrétienne dont l’objectif est de convier des personnes pour débattre de manière « saine » sur la vie socio-politique. 

D’ailleurs pour ce Mardi de Brottier, un partenariat a été noué entre Présence Chrétienne et la radio d’obédience catholique Espérance FM afin de mettre en place un cadre de dialogue « sain » et marqué par un « esprit démocratique » pour les parties prenantes de la prochaine présidentielle, notamment les candidats qui seront retenus par le Conseil constitutionnel (5 provisoirement avant la publication de la liste définitive dimanche).

« Nous lançons un appel aux candidats à la magistrature suprême qui seront retenus (par le Conseil constitutionnel) de venir nous parler de leurs programmes, et de venir le faire dans un esprit de considération et de respect », a dit Auguste Charles Turpin.

Pour sa part, Samuel Sène, représentant de Espérance FM, a noté que « la seule compétition qui vaille est la compétition vertueuse. Voilà ce à quoi nous appelons la classe politique ».

Pour M. Sène, la prochaine campagne électorale, en début février, « doit être un moment de célébration de la citoyenneté » avec un accent fort marqué sur un dialogue sur le « programme des candidats ».

Outre la participation de la classe politique, il est prévu de convier également dans le cadre de ces « Mardis de Brottier 2019 » des représentants des autorités en charge de l’organisation des élections, du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), ainsi que ceux du clergé catholique et de l’Association des Imams et Oulémas du Sénégal.

Par ailleurs pour l’élection présidentielle du 24 février, l’Église sénégalaise, à l’opposé de Présence Chrétienne, enverra « 1000 observateurs » dans de nombreux bureaux de vote à travers le pays par le biais de sa Commission justice paix, en collaboration avec les scouts, avec le soutien financier des partenaires de Caritas-Sénégal.

Par Oumar Dembélé

Source : Apa

Laisser un commentaire