PARTAGER

Une petite vendeuse de légumes qui s’en allait au marché de Lucques pour ses parents. A douze ans, elle fut placée dans une famille comme servante, et ne la quitta plus. Pour ne pas déranger son service, elle se levait plus tôt afin d’aller entendre la sainte messe, jeûnait pour donner aux pauvres une part de sa nourriture, discrètement et avec délicatesse. Elle supportait avec patience et sourire les jalousies des autres domestiques qui parfois même la dénonçaient avec calomnie. Sa sainteté fut reconnue après sa mort tant étaient grandes les faveurs que le petit peuple obtenait en lui demandant son intercession.

Une servante paresseuse ne peut être pieuse. Quelqu’un de notre condition, qui affecte la piété sans bellement besogner, n’est qu’une hypocrite.


(Sainte Zita)

Seule la charité ne tolère aucun délai. Partage ton pain avec l’affamé, héberge le sans-abri et fais-le de bon cœur. Votre empressement double la valeur de votre bienfait.


(Saint Grégoire de Nazianze – De l’amour des pauvres)

Source : eglise.catholique.fr

Laisser un commentaire