PARTAGER

Thione Ballago Seck et son co-prévenu, Alay Djité, ont été entendus hier, par le Tribunal correctionnel de Dakar dans le cadre de l’Affaire des faux billets de banque.

Le fait marquant, c’est que les chefs d’inculpation de falsification, contrefaçon, altération de signes monétaires en cours, blanchiment de capitaux et tentative d’escroquerie, ont été disqualifiés en détention et mise en circulation de faux billets de banque.

En conséquence, la peine réclamée par le parquet, le maître des poursuites, est de 2 ans de prison contre Thioneb dont 8 fermeb et 5 ans de prison ferme contre son co-auteur Alay Djité.

Pour ne retenir que le cas de Thione, si le tribunal suit le Parquet, il ne va pas retourner en prison, car il a déjà séjourné 9 mois en détention préventive, période qui est supérieurs aux 8 mois de prison ferme demandés.

C’est la disqualification des faits qui, apparemment, va sauver le chanteur qui, à la barre, affirme être vraiment malade, lui qui dit prendre 14 médicaments par jour.

Autant dire que le tribunal a été vraiment clément si l’on se fie au rapport d’enquête de la Gendarmerie qui disait, en substance, avoir démantelé un vrai réseau de faussaires avec le chanteur qui avait fait une commande assez subséquente.

La disqualification de faits est, en soi, une forme de clémence.

Ligne de défense maladroite

Qui plus est, la ligne de défense de Thione a été vraiment maladroite.

S’il dit qu’il est ‘’envoûté, marabouté’’, cela veut dire en clair que les actes qu’il a posés ne sont pas volontaires. C’est un aveu de taille de culpabilité.

En plus, dans les médias, après sa sortie, il n’a jamais cessé de désigner des comploteurs qui auraient mis en place un plan dans lequel il serait tombé.

En fait, le chanteur a été pris la main dans le sac, en possession des faux billets.

En conséquence, il ne pouvait pas nier l’existence de ces derniers, même s’il nie qu’il savait qu’ils étaient faux.

Mais, étant donné que les enquêteurs n’ont pas trouvé son quo-prévenu chez lui, et qu’ils sont parvenus tout de même à l’arrêter, montre qu’ils ont mené une enquête minutieuse qui les a menés aux auteurs des infractions en question.

En somme, Thione ne peut pas dire à la fois qu’il est ‘’marabouté’’, donc irresponsable, et qu’il ‘’ne savait’’ pas parce que conscient. Il y a là quelque chose qui ne colle pas dans sa ligne de défense.

En tout état de cause, il a lourdement regretté son geste parce qu’ayant fondu en larmes devant le juge jusqu’à le pousser à prononcer uns suspension d’audience.

Mieux, il a payé son geste par un séjour de 9 mois en détention préventive. Et si un dossier médical est versé au dossier attestant de sa maladie, il est fort à parier qu’il ne retournera pas en prison.

C’est peut-être ce qui a poussé le Tribunal à disqualifier les faits et le Parquet à demander seulement 8 mois fermes, tout en sachant qu’il les a déjà purgés.

Et comme la CBAO n’a demandé que le Franc symbolique, une façon de ne pas exiger des dommages-intérêts, Thione pourra, dans les prochains jours, tourner la page, ne serait-ce que juridiquement.

Car, moralement, il restera à jamais affecté comme il a eu à le reconnaître.

Arrêté le 27 mai 2015 à son domicile à Dakar, il a bénéficié d’une liberté provisoire le 12 février 2016 pour des raisons humanitaires.

Depuis, il a repris sa carrière de chanteur et a mis en chantier un grand projet musical panafricain qui est actuellement en cours.

Source : Assane Samb – rewmi.com

Laisser un commentaire