PARTAGER
L’unité du Mali est en jeu, selon le président malien, après le massacre de Sobane en pays dogon, qui a fait dimanche soir 95 morts. Ibrahim Boubacar Keïta évoque la « survie de la nation » alors qu’il devrait se rendre sur place demain. Ce mardi, c’est le Premier ministre malien, Boubou Cissé, qui s’est rendu dans le village martyrisé.

Ce mardi, au saut du lit, le Premier ministre malien Bobo Cissé s’est rendu dans le village de Sobane, situé dans la commune rurale de Sangha. Condoléances, réconforts aux populations, il a effectué ce déplacement pour constater lui-même que le dispositif de sécurité a été renforcé sur place.

Dans le village meurtri, c’est la désolation, selon des témoins. Les cases sont brûlées, les restes des corps des civils et d’animaux sont toujours visibles. Les rescapés vivent la peur au ventre. Et toujours pas de nouvelles des portés disparus. Sur le bilan, les sources varient désormais. Des élus de la localité maintiennent le chiffre d’au moins 95 tués, alors que le gouverneur de la région parle de 35. Ce qui est un fait irréfutable, c’est que « quel que ce soit le nombre de victimes, nous avons été victimes d’un massacre », affirme un parent au chef du village.

Après le Premier ministre, le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, absent du pays au moment des faits, devrait en principe se rendre dans le village attaqué.

Source: Rfi

Laisser un commentaire