PARTAGER

.Aujourd’hui, lundi 19 août 2019 nous fêtons Saint Jean-Eudes 

Eudes, en germanique eud, « enfant », eod, « courageux » 
Saint Jean Eudes (1601-1680) prêtre Né dans une famille paysanne à Rye (Orne), il fait ses études à Caen chez les Jésuites. Il entre à l’oratoire à Paris où Bérulle lui-même l’accueille en 1623. Ordonné prêtre en 1625, il participe à la ferveur première de la communauté de l’oratoire en soignant les pestiférés en Normandie et en prêchant des missions dans la France entière pendant 18 ans. Il quitte l’oratoire en 1643. Monsieur Olier et Vincent de Paul l’ayant persuadé de l’urgent besoin de la formation du clergé dans l’esprit du concile de Trente, il fonde à Caen un séminaire. Pour établir des séminaires dans plusieurs diocèses normands et bretons, il fonde la « congrégation de Jésus et de Marie » (les eudistes). Préoccupé aussi du sort et de la conversion des « filles débauchées », il fonde des refuges et crée une société de moniales « Notre Dame de Charité du Refuge » qui se voue à la rééducation des mineures. Canonisé par Pie XI en 1925.

Guerric, du germanique gari, « lance ». 
Prénoms dérivés : Guerric, Guerrique… 
Saint Bienheureux Guerric. Cistercien. Né vers 1070 à Tournai. Il dirigea l’abbaye d’Igny dans la Marne, où il mourut le 19 août 1157. 

Saint du jour (Par la conférence des évêques de France)
Saint Jean Eudes (+ 1680) 

Il est contemporain de saint Vincent de Paul et sa vocation s’explique en grande partie par la situation religieuse de la France à son époque. Le peuple, écrit-il, « avait remplacé la foi par la sorcellerie et la superstition », les puissants « donnaient l’exemple de tous les vices », les prêtres étaient « ignorants et souvent corrompus, abandonnant leur troupeau dès qu’apparaissait la peste ou une épidémie ». Pour y remédier, s’appuyant sur ses dons évidents pour la prédication, il organise des « missions paroissiales », en Bretagne, en Normandie, en Bourgogne et jusqu’à la cour du roi Louis XIV, pour une annonce systématique de l’Evangile – près de cent quinze missions entre 1632 et 1675. Pour mieux se consacrer à cet apostolat, il quitte l’Oratoire en 1643 et fonde, à Caen, « la Congrégation de Jésus et de Marie » (les Pères eudistes), qui se voue aux missions ainsi qu’à la fondation des séminaires pour la formation d’un meilleur clergé. En 1642, il crée également « l’Institut Notre-Dame de Charité », dont les religieuses se consacreront, entre autres ministères, à la réhabilitation des femmes prostituées. Son action s’appuie sur la compassion du cœur de Marie et la miséricorde du coeur de Jésus. Ayant renoncé à la charge de premier supérieur général de sa congrégation, il s’éteint à Caen en 1680, à l’âge de soixante-dix neuf ans.

« Je désire que toutes les choses qui ont été, sont et seront, dans l’ordre de la nature, de la grâce et de la gloire, soient autant de voix qui vous disent continuellement et à jamais, pour moi et de ma part : je vous aime, je vous aime, ô Seigneur Jésus ! »

(Prière de saint Jean Eudes)


Laisser un commentaire