PARTAGER

L’avion du Pape François a atterri hier soir à Maputo, la capitale du Mozambique. Il a été accueilli par le président Filipe Nyusi, avant de recevoir les honneurs militaires en tant que chef d’État, puis de saluer de nombreux groupes de danseurs qui l’ont immédiatement immergé dans une ambiance festive et chaleureuse. Il s’est ensuite rendu en papamobile à la nonciature apostolique.

Le Mozambique, ancienne colonie portugaise et pays indépendant depuis 1975, reçoit pour la deuxième fois la visite d’un Pape. François marche en effet sur les traces de saint Jean-Paul II, venu en 1988, alors que le Mozambique était encore fracturé par une terrible guerre civile. Grâce aux efforts de la Communauté Sant’Egidio, le pays s’est engagé depuis 1992 dans un délicat processus de réconciliation nationale, qui s’est finalement concrétisé avec la signature d’un accord de paix le mois dernier.

Et c’est aussi pour encourager une Église engagée au service des pauvres que le Pape a choisi de se rendre au Mozambique. François visitera notamment la maison Matthieu 25, un centre qui fédère les efforts d’une vingtaine de congrégations religieuses pour venir en aide aux enfants des rues. Le Pape visitera aussi l’hôpital de Zimpeto, où il rencontrera notamment des malades du Sida et encouragera le programme Dream soutenu par le Communauté de Sant’Egidio, qui vise à assurer une assistance médicale et sanitaire à toute la population, jusque dans les villages les plus reculés.

À travers une rencontre avec les jeunes, la dimension interreligieuse sera également présente dans ce voyage. Ce pays qui compte environ 18% de musulmans.

Le Mozambique est le 47e pays visité par le Pape François, qui paradoxalement se décrit lui-même comme casanier, mais qui ne cesse de mobiliser son énergie dans un pontificat tourné vers la réconciliation, la miséricorde et la consolation, afin de témoigner de l’espérance chrétienne jusque dans les terres les plus lointaines et les plus méconnues.

Laisser un commentaire