PARTAGER
Pope Francis blesses worshipers during a visit to the Marian Shrine of Loreto, near Ancona in the Marche region, on March 25, 2019. - the Pope intends to offer at the shrine of the Virgin Mary the Post-Synodal Exhortation of last October’s Synod of Bishops, which theme was "Young people, faith and vocational discernment". (Photo by Tiziana FABI / AFP)

Le Pape effectuera son 32e voyage apostolique du 19 au 26 novembre prochain en Thaïlande et au Japon. Le programme détaillé de cette quatrième tournée en Asie a été rendu public ce mercredi 2 octobre. En Thaïlande, le Pape soutiendra la communauté catholique, minoritaire dans ce pays largement bouddhiste. Le Pape rencontrera le Patriarche suprême des bouddhistes, ainsi que le Roi. Au Japon, François se rendra dans les deux villes dévastées lors de la Seconde Guerre mondiale. À Nagasaki, il prononcera un message sur les armes nucléaires. À Hiroshima, il s’engagera pour la paix. À Tokyo, il rencontrera les victimes de 2011, ainsi que l’Empereur Naruhito.

La Thaïlande sera la première étape de ce nouveau déplacement du Pape en Asie. François quittera le Vatican mardi 19 novembre. Son avion décollera dans la soirée à destination de Bangkok où il est attendu à la mi-journée, mercredi 20 novembre. Un accueil officiel est prévu.

La cérémonie de bienvenue se tiendra le lendemain, jeudi 21 novembre, dans la cour du palais, construit à la mode vénitienne, où siège le gouvernement. Le Pape y rencontrera le Premier ministre, avant de s’exprimer devant les autorités, la société civile et le corps diplomatique.

Dans ce pays très majoritairement bouddhiste (95%), le Pape saluera le Patriarche suprême des bouddhistes, Somdet Phra Maha Munivongdans le temple Rajabophit dont ce dernier est le supérieur. 

En fin de matinée, une visite est prévue à l’hôpital Saint Joseph. Le Pape y rencontrera le personnel soignant puis, en privé, des malades et des personnes handicapées. Cette structure fut inaugurée à la fin du XIXème siècle pour soigner les pauvres, les missionnaires et les Français résidant dans le Royaume de Siam. Ce fut un des grands projets du vicaire apostolique du Siam de l’époque, Mgr Louis Vey, qui reçut alors le soutien du roi Rama V.

Dans l’après-midi, le Pape s’entretiendra en privé avec le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, Rama X, au palais Royal.

François se rendra ensuite au Stade national où il présidera la messe.

Vendredi 22 novembre, le Pape consacrera sa journée à la communauté chrétienne, qui représente en Thaïlande environ 1% de la population. François s’exprimera devant les prêtres, religieux, religieuses, séminaristes et catéchistes, à la paroisse Saint-Pierre.  Au sanctuaire du bienheureux Nicholas Boonkerd Kitbamrung, il rencontrera les évêques thaïlandais et de la FABC, l’association des conférences épiscopales d’Asie. Sur place, François s’entretiendra également en privé avec les membres de la Compagnie de Jésus. Dans l’après-midi, le Pape prononcera un discours devant les responsables des Églises chrétiennes et des dignitaires d’autres religions à l’université de Chulalongkorn. Deuxième confession du pays, la communauté musulmane représente 4% de la population.

Le Pape célèbrera la messe en présence des jeunes catholiques du pays en la cathédrale de l’Assomption.

Au terme de deux jours de visites en Thaïlande, le Pape rejoint le Japon samedi 23 novembre. Il y arrivera en fin de journée. Une cérémonie de bienvenue est prévue à l’aéroport international de Tokyo. Le soir même, le Pape prononcera son premier discours au Japon devant les évêques du pays à la nonciature.

La plupart des Japonais sont en même temps bouddhistes et shintoïstes. Moins de 2% de la population est de confession chrétienne. Depuis 1549, année à laquelle arriva saint François-Xavier dans le pays, les jésuites ont toujours porté un regard privilégié sur le Japon. C’est le cas également du Pape François qui souhaita y être lui-même missionnaire dans sa jeunesse, impressionné notamment par l’engagement du père Pedro Arrupe. Cet ancien supérieur des Jésuites y passa de nombreuses années. Il était à Hiroshima lorsque la ville fut presque anéantie par la bombe A, larguée le 6 août 1945. Avec ses compagnons, ils improvisèrent un hôpital dans la maison du noviciat, et y soignèrent des dizaines de personnes victimes des radiation. Plus de 70 000 personnes sont mortes le jour du bombardement. Trois jours plus tard, les Américains larguaient une nouvelle bombe sur la ville de Nagasaki. Le Pape se rendra dans ces deux villes dévastées lors de la Seconde guerre mondiale.

Dès le lendemain de son arrivée au Japon, dimanche 24 novembre, François se rendra à Nagasaki. Il prononcera un «message sur les armes nucléaires» à l’Atomic Bomb Hypocenter Park. Au monument des martyrs sur la colline de Nishizaka, François rendra hommage aux «saints martyrs».

En début d’après-midi, il célèbrera la messe dans la stade de baseball de la ville. Il quittera ensuite Nagasaki pour Hiroshima. Lors de son étape à Hiroshima, un évènement, le Pape se rendra au Mémorial de la Paix pour «une rencontre de paix».  Il rejoindra Tokyo le soir même.

Lundi 25 novembre, dans la capitale japonaise, le Pape rencontrera les «victimes du triple désastre», du séisme et du tsunami survenus le 11 mars 2011 dans le nord-est de l’archipel; une catastrophe naturelle amplifiée par l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima.

François se rendra ensuite Palais impérial pour un entretien en privé avec l’Empereur Naruhito.

En fin de matinée, le Pape rencontrera les jeunes catholiques du Japon en la cathédrale de Sainte Marie. Après le déjeuner, le Saint-Père célèbrera la messe au Tokyo Dome, avant de se rendre à Kantei, au siège du gouvernement. Il s’entretiendra en privé avec le Premier ministre Shinzo Abe, et s’adressera aux autorités, à la société civile et au corps diplomatique.

Mardi 25 novembre, lors de sa dernière journée au Japon, le Pape célèbrera en privé une messe avec des membres de la compagnie de Jésus, dans la chapelle du Kulturzentrum de l’université Sophia. Il petit déjeunera et s’entretiendra avec le Collège Massimo de l’université. Sur place, il rencontrera d’anciens prêtres et des malades, avant une visite officielle de la structure. Le Pape y prononcera son dernier discours. Il prendra ensuite le chemin de l’aéroport. Il est attendu à Rome mardi soir à 17h15.

Source: Vatican

Laisser un commentaire