• Accueil
  • >
  • SANTE
  • >
  • Un retour de cas de polio en Afrique lié à une souche vaccinale alimente le complotisme anti-Bill Gates

Un retour de cas de polio en Afrique lié à une souche vaccinale alimente le complotisme anti-Bill Gates

  • 16 Journées depuis
  • 0

Fin août, l’Organisation mondiale de la santé annonçait que le poliovirus sauvage (PVS), agent pathogène responsable de la polio, avait été éradiqué d’Afrique après quatre années consécutives sans cas déclaré. Quelques jours plus tard pourtant, treize cas étaient rapportés au Soudan. Selon certaines publications sur les réseaux sociaux, c’est le vaccin lui-même qui serait responsable de ces nouveaux cas. Ces articles font références à des conséquences avérées du programme de vaccination, mais occulte un fait essentiel : ce même vaccin a permis de réduire le nombre de cas de polio de plus de 99 %.

Le 25 août, l’OMS a annoncé l’éradication de la poliomyélite de souche « sauvage » du continent africain, en concluant : « Avec cette étape historique, cinq des six régions de l’OMS – représentant plus de 90 % de la population mondiale – sont désormais exemptes du poliovirus sauvage, rapprochant le monde de l’éradication mondiale de la poliomyélite» L’information a été reprise par de nombreux sites d’information qui ont parfois omis de préciser que des dérivés de souche vaccinale de la maladie continuent de circuler en Afrique.

Dans le communiqué cité par la publication, l’OMS explique que des cas de polio contractés à cause de virus de type 2 dérivés d’une souche vaccinale (PVDVc2) ont été détectés le 9 août au Soudan. Les autorités sanitaires du pays ont notamment signalé deux cas de paralysie aiguë sur de très jeunes enfants ayant été vaccinés.

« Ces souches [vaccinales] émergent parfois dans des zones où la population n’est pas très bien immunisée, à cause de l’utilisation du vaccin oral (VPO). C’est très rare, mais ça arrive », explique au Monde Oliver Rosenbauer, porte-parole du programme d’éradication de la poliomyélite pour l’OMS.

 La maladie était répandue partout dans le monde, jusqu’à la découverte d’un vaccin dans les années 1950. Il existe actuellement deux types de vaccins :

– le vaccin poliomyélitique inactivé injectable (VPI) nécessite plusieurs injections et des rappels réguliers. C’est pourquoi son coût a longtemps limité sa diffusion à certains pays développés, comme la France ;

– le vaccin poliomyélitique oral (VPO), moins cher, a la particularité d’être administré sans injection et interrompt la transmission de personne à personne, « ce qui explique qu’il ait été jusqu’à maintenant l’outil privilégié du programme d’éradication »souligne l’Institut Pasteur.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?