Covid-19: pourquoi la livraison des vaccins prend du retard

  • 8 Mois depuis
  • 0

Partout dans le monde le manque de vaccin anti-covid ralentit la campagne. Ces retards provoquent angoisse et polémique dans la population et ils pourraient contrarier la reprise. A qui la faute ?

Pour parvenir à l’immunité collective de la planète entière, il faut vacciner 70% de la population mondiale, soit 6 milliards de personnes, cela nécessite au moins 6 milliards de doses, voire le double puisqu’il en faut deux pour la plupart des vaccins aujourd’hui sur le marché. Une mission impossible à l’horizon 2021 du point de vue industriel : cette année 2 milliards de doses seront fabriquées, explique Anne Bucher, l’ancienne directrice de la Santé de la Commission européenne, -dans une note publiée par Terra Nova. Il y a de quoi satisfaire en priorité les besoins des premiers à avoir acheté, c’est-à-dire les pays riches. Ils ont réalisé la moitié des commandes (51%) alors qu’ils ne représentent que 14% de la population. Un terrien sur quatre devra attendre l’an prochain pour se faire vacciner.

On est loin du vaccin universel recommandé par l’OMS

La mise au point du vaccin ou plutôt des vaccins anti-covid, -il en existe plus d’une douzaine et plusieurs centaines d’autres projets sont en cours d’expérimentation, a été un succès global, reposant sur la réelle coopération accélérée entre le public et le privé, et entre les pays qui ont participé aux essais, mais dans cette prouesse technologique et cette course souvent mâtinée de nationalisme, la loi du plus fort l’a emporté sur la vision du bien commun. Les États-Unis capables de mettre 10 milliards de dollars sur la table pour prendre le risque et soutenir dès le printemps les laboratoires sont les mieux servis. L’Europe qui n’a déboursé que 3 milliards en subit déjà les conséquences. Ses fabricants qui ont aussi des défis industriels à résoudre retardent leurs livraisons. Après l’Américain Pfizer, c’est maintenant le Britannique Astra Zeneca qui annonce des délais supplémentaires.

Cette course effrénée au vaccin dans les pays riches a aussi des effets négatifs sur le prix des doses dans les pays du sud

L’Afrique du Sud doit payer deux fois plus que les Européens l’Astra Zeneca qu’elle a commandé en direct pour accélérer la cadence de la vaccination alors qu’elle doit affronter aujourd’hui une variante du coronavirus encore plus virulente que la précédente. Le vaccin britannique est pourtant l’un des seuls mis en vente à prix coûtant, à 2 euros 50 pour les 27 d’après une indiscrétion de la ministre belge de la Santé. Le prix double pour l’Afrique du Sud car elle n’a pas contribué comme les Européens aux dépenses de développement en passant une précommande a expliqué le ministre concerné. Beaucoup de pays à revenu intermédiaire à l’image de l’Afrique du Sud, passent leur commande en solo.

L’OMS a parlé de catastrophe morale, c’est aussi une catastrophe économique qui se dessine

Et c’est encore l’OMS qui donne l’alerte, dans une étude qui doit être publier aujourd’hui, les économistes calculent le coût du retard de la campagne mondiale de vaccination. Les pays à revenu intermédiaire qui ne seront pas immunisés en même temps que les autres seront contraints de prolonger les confinements et ils participeront donc moins au commerce mondial. Avec des répercussions très négatives dans les pays avancés d’après cette étude: 3,5% de croissance en moins par rapport au niveau d’avant la pandémie à cause des perturbations dans les échanges commerciaux. Il y a encore des moyens d’éviter ce désastre sanitaire et économique, entre autre en donnant plus de moyens à l’alliance Covax chargée de fournir les pays les plus pauvre; il lui manque encore 27 milliards de dollars pour boucler son tour de table. De quoi acheter 10% des vaccins nécessaires au niveau mondial.

►En bref

La Chine est devenue en 2020 le premier pays d’accueil des investissements étrangers

D’après les chiffres des Nations unies, pour la première fois les États-Unis cèdent leur première place à cause du recul de nouveaux investissements étrangers alors qu’ils ont continué à augmenter en Chine, de 4%. Globalement les investissements étrangers ont reculé de 40%, c’est encore plus fort en Afrique, -63%.

Source : RFI

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?
%d blogueurs aiment cette page :