• Accueil
  • >
  • ACTUALITES
  • >
  • Economie : Le PACERSEN, un projet pour maintenir les jeunes dans leur terroir d’origine

Economie : Le PACERSEN, un projet pour maintenir les jeunes dans leur terroir d’origine

  • 3 Années depuis
  • 0
Modou Mboup, conseiller technique au ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural a rappelé, mercredi à Dakar, les objectifs et missions du nouveau projet d’appui à la réduction de la migration à travers la création d’emplois ruraux (PACERSEN).
Le PACERSEN financé à hauteur de 13 milliards FCFA par l’Union européenne et exécuté par l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (ANIDA) va aider à « fixer les jeunes dans leur terroir pour la création d’emplois mais aussi pour la réduction du taux de migrants » a dit M. Mboup.

Le conseiller technique numéro 1 au ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural présidait la première réunion du comité de pilotage du PACERSEN.

« L’objectif principal est d’identifier les terroirs ruraux qui sont les pourvoyeurs de candidats à l’exode rural et à l’immigration clandestine » a-t-il soutenu.

Avant d’ajouter qu’il s’agit de « promouvoir dans ces terroirs des activités de création de richesses, des activités rémunératrices et ce faisant de fixer ces populations rurales dans leur terroir d’origine ».

« Le Sénégal est un pays jeune avec 75% de la population âgé de moins 35 ans. Nous recevons tous les ans 200.000 demandeurs d’emplois et notre économie offre dans le meilleur des cas entre 20 et 25.000 emplois par an » a dit le fonctionnaire du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

Et Modou Mboup de faire noter que « 180.000 sans emplois viennent annuellement se joindre aux demandeurs déjà enregistrés ».

Le PACERSEN est un « projet d’une grande importance parce que l’agriculture fait partie des leviers du développement économique du Sénégal » a-t-il indiqué.

Il a expliqué que le PACERSEN vise aussi « à accompagner les migrants qui ont un projet de retour au pays », mais aussi essaie d’attirer des jeunes urbains à venir s’investir dans les zones rurales.

Le projet vise à réaliser des infrastructures hydro-agricoles modernes dans huit régions du Sénégal (Kaffrine, Tambacounda, Louga, Diourbel, Fatick, Sédhiou, Kolda, et Kédougou).

Source : APS
  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?
%d blogueurs aiment cette page :