Eglise catholique du Sénégal : Il était une fois le Cardinal hyacinthe Thiamdoum

  • 8 Mois depuis
  • 0

« Cardinal ya sell Thiandoum !!! » Ces bienheureuses paroles dont l’heureux auteur a été Serigne Abibou Mountaga Dakha Tall continuent de résonner sous les voutes de la Cathédrale du Souvenir Africain. En effet, en ce 18 avril 1999, l’enfant de Poponguine célébrait ses cinquante années de sacerdoce. Le Président Abdou Diouf et son épouse ainsi que de fortes délégations de confréries musulmanes et d’églises protestantes avaient tenu à magnifier ce moment avec le jubilaire.

Cet homme, le Cardinal Hyacinthe Thiandoum, premier Sénégalais à porter un titre cardinalice, aurait eu 100 ans aujourd’hui.

A l’occasion du centenaire de sa naissance, Fidespost lui rend hommage. Il fut l’une des grandes figures de l’Église catholique d’Afrique et du monde, acteur du concile Vatican II (1962-1965), proche des papes Paul VI et Jean Paul II, avocat du dialogue islamo-chrétien.

Lors de la messe de ses obsèques en 2004, toute la classe politique et multiconfessionnelle ainsi que les fidèles du Sénégal entier lui avaient rendu un hommage appuyé.

« Avec sa mort, le soleil se couche sur Dakar et sur l’Afrique. Mais le crépuscule des Anciens annonce un jour nouveau pour l’Eglise-Famille de l’Afrique. Aujourd’hui, au Sénégal, un autre baobab est tombé. Mais le champ du Seigneur n’est pas un désert, il est toujours rendu fertile par le sacrifice de Jésus-Christ, fécondé par la présence constante de l’Esprit Saint et moissonné par le travail missionnaire des enfants de l’Eglise », écrivait le cardinal Crescenzio Sepe, préfet de la congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, dans un message à l’occasion des funérailles du Cardinal Thiandoum, le 27 mai 2004.

Né à Poponguine, le 2 février 1921 et fils de catéchiste, le Cardinal Hyacinthe Thiandoum porte le prénom de Mgr Hyacinthe Jalabert mort lors d’un naufrage au large de Bordeaux alors qu’il s’apprêtait à retourner au Sénégal. Il fut ordonné prêtre le 18 avril 1949 par Mgr Marcel Lefebvre, alors archevêque de Dakar, avec comme devise sacerdotale : « Sur ta parole, je jetterai le filet » (Lc 5,5).

Après quelques années de ministère pastoral, il se rend à Rome en 1951, pour une licence en philosophie et en sociologie à l’université grégorienne. A son retour à Dakar en 1955, il occupe les fonctions de responsable de l’Action catholique, de Curé de la Cathédrale et de Vicaire général.

A 41 ans seulement, il est nommé archevêque de Dakar, le 24 février 1962. Succédant alors à Mgr Marcel Lefebvre, il reçu la consécration épiscopale le 20 mai de la même année des mains de Mgr Emile Maury. Il devint alors le second archevêque de Dakar et le premier sénégalais à accéder à cette fonction, qu’il occupera pendant 38 ans, jusqu’à sa retraite en 2000.

Au consistoire du 24 mai 1976, le Pape Paul VI le créa au titre de “Santa Maria del Popolo”.

Le Cardinal Thiandoum fut l’un des 30 évêques africains à participer au Concile Vatican II, en marquant une étape fondamentale dans l’histoire de l’Église et du continent. Il a apporté des contributions remarquables aux discussions sur la réforme liturgique, avec une attention spéciale à l’inculturation (rites particuliers des catholiques africains et possibilité d’introduire les langues locales). Il est aussi intervenu sur la question de l’œcuménisme et sur les communications sociales.

Membre fondateur du Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) et de la Conférence Episcopale Régionale d’Afrique Occidentale (CERAO), le cardinal Thiandoum a été membre du Conseil du Secrétariat général du Synode des Évêques. Il fut aussi Président délégué de la IVème Assemblée générale du Synode des Evêques (1977), sur le thème « La catéchèse aujourd’hui, avec une attention particulière aux enfants et aux jeunes ».

En 1987, il occupa la fonction de Rapporteur à la 7ème Assemblée générale du Synode des Evêques sur les Laïcs (1987) ; sept ans plus tard, ses pairs lui confièrent le rôle de Rapporteur général de l’Assemblée spéciale du Synode des Évêques sur l’Afrique (1994) dont les conclusions servirent de base à l’exhortation apostolique post-synodale “Ecclesia in Africa”.

En plus de ces éminents services auxquels il fut nommé, le Cardinal Thiandoum était aussi membre des Congrégations pour l’Évangélisation des Peuples, pour le Clergé, les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique.

Sans conteste, on peut dire que le summum de son pontificat fut la visite de son grand ami, Saint Pape Jean Paul II venu en pèlerin de la foi sur les terres sénégalaises. Dans ses mémoires, le Pontife d’origine polonaise évoque ce pasteur zélé : « J’avais des relations cordiales et fréquentes avec le cardinal Hyacinthe Thiandoum, homme à la personnalité exceptionnelle (…) Je veux rendre hommage à ce noble fils de la nation sénégalaise qui s’est dépensé généreusement pour ses frères en servant le Christ en son Église, demeurant aussi, auprès du successeur de Pierre, une voix éclairée de l’Afrique. »

Beaucoup de sénégalais gardent à l’esprit ces jours de faste et de gloire. Du plus haut sommet de l’Etat jusqu’à la plus petite case, tous s’étaient mobilisés pour déployer les fastes de la “Téranga” sénégalaise au Vicaire du Christ. Du 19 au 23 février 1992, le Sénégal était devenu le nombril de l’Église universelle.

Apôtre du dialogue islamo-chrétien, le Cardinal Thiandoum ne manquait pas aussi d’intervenir sur les questions sociales qui interpellaient la vie nationale. Son verbe haut et son aura eurent facilité bon nombre de crises sociales. On garde à l’esprit la lettre pastorale qu’il publia le 24 juin 1968 et intitulée « La réflexion qui sauve ». On ne manquera pas aussi de mentionner la discrète médiation qu’il mena lors des années qui survinrent après le 17 décembre 1962, date de ce que l’Histoire retient comme étant la tentative de coup d’état du Président Mamadou Dia. Son apport, toujours discret, a été très apprécié dans la crise casamançaise qui impliquait un prêtre sénégalais.

Des sources font état aussi du témoignage de l’ancien Président Abdoulaye Wade qui affirmait que le Cardinal Thiandoum fut l’une des rares personnalités sénégalaises à oser entretenir publiquement des relations cordiales avec lui à l’époque où il n’était pas de bon ton de fréquenter un opposant. A ce titre, un exemple éloquent fut le prêt de la salle Daniel Brottier à l’opposant Wade qui y tenait gratuitement ses réunions politique. Néanmoins, et le Cardinal Thiandoum, n’a pas manqué de l’évoquer, sa plus grande douleur fut le différend intervenu à Tivaoune à propos de la bénédiction d’un lieu de culte catholique.

Agé de 79 ans, le Cardinal Thiandoum se retire du gouvernement pastoral de l’archidiocèse de Dakar le 2 juin 2000, laissant la place à Mgr Théodore-Adrien Sarr.

Il meurt le 18 mai 2004, à l’âge de 83 ans, à l’hôpital Saint-Thomas de Villeneuve (Aix-en-Provence).

Avec Fidespost

https://www.r-espe.com/eglise-catholiqu…cinthe-thiamdoum/

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?
%d blogueurs aiment cette page :