PARTAGER
Cardinal Laurent Monsengwo is seen outside the Cathedral of Our Lady of Congo after a mass for citizens killed in recent protests, in Kinshasa, Democratic Republic of Congo February 9, 2018. REUTERS/Robert Carrubba - RC1E8670A1D0

Bien qu’il n’y ait plus maintenant de cas confirmé d’Ebola dans la ville de Goma – située à la frontière avec le Rwanda -, les leaders religieux utilisent leur influence pour sensibiliser les populations. Comme tous les dimanches, l’église Arche de l’Alliance de Goma rassemble des milliers de personnes pour le deuxième culte. Certains fidèles se saluent en se cognant les coudes, d’autres par un simple signe de la main à distance.

Après un bref séjour dans la ville d’un pasteur décédé la semaine dernière de la maladie à virus Ebola, la vigilance dans toutes les églises s’impose. La plupart des fidèles acceptent de se laver les mains. Mais un homme aux cheveux blanchâtres, lui, s’y oppose et rebrousse chemin.

Pour lui, la foi en Dieu est plus efficace que l’eau et le désinfectant. Une attitude que fustige le pasteur Janvier Bakungu de l’église Philadelphie Keshero.

Source: BBC/Afrique

Laisser un commentaire