• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • Inter Sport Tour de France : Geraint Thomas est bien le plus fort

Inter Sport Tour de France : Geraint Thomas est bien le plus fort

  • 3 Années depuis
  • 0

Geraint Thomas a conforté son maillot jaune de leader du Tour de France en terminant troisième de la 17e étape, arrivée au sommet de l’ascension inédite du col de Portet, derrière Nairo Quintana. Le Gallois a surclassé ses rivaux, à commencer par son équipier Chris Froome.

Dans le jargon du cyclisme, on appelle cela un juge de paix. Le résultat de la 17e étape a délivré le verdict du Tour de France 2018. L’ascension inédite du col de Portet, dans les Pyrénées, est sans appel : Geraint Thomas, porteur du maillot jaune depuis la 11e étape, est bien le meilleur cette année. Surtout, il devance à la régulière celui qui était son leader au départ de l’épreuve, le quadruple vainqueur, Chris Froome.

Le départ de cette étape décisive de seulement 65 kilomètres, dont 40 d’ascension, se voulait spectaculaire. Au pied du col de Peyresourde, les coureurs étaient placés par groupes, à quelques dizaines de mètres les uns des autres : les premiers au classement général devant, les derniers à l’arrière. Objectif des organisateurs ? Isoler les leaders et les laisser s’expliquer entre eux.

Les leaders du classement général sur la première ligne au départ de la 17e étape du Tour 2018.REUTERS/Benoit Tessier

Finalement, la bonne idée n’était pas ce départ façon grille de F1 – car un regroupement général eut lieu immédiatement –, mais le départ en pied de col, qui forma rapidement une échappée intéressante dans laquelle Julian Alaphilipe put récolter de nombreux points dans la course au maillot de meilleur grimpeur.

Et les favoris ? Ils restèrent d’abord groupés derrière les gregarii de Sky qui, comme à leur habitude, imprimaient un train d’enfer pour annihiler toute tentative d’attaque lointaine… Au pied du col Val Louron-Azet, le deuxième de la journée, AG2R La Mondiale tenta bien un coup de force, mais les premières victimes furent ses propres équipiers, à l’exception de Pierre Latour, exemplaire de dévotion pour son leader Romain Bardet.

Autre grosse nouveauté de cette étape : l’ascension inédite du col de Portet, qui culmine au-delà de 2.000 mètres. Un nouveau colosse du Tour de France, digne du mont Ventoux, est né. Au départ, Nairo Quintana avait déclaré : « C’est l’étape la plus importante, on l’attendait. »Et le petit Colombien joignit le geste à la parole en attaquant dès le pied avec l’espoir un peu fou de refaire 4’23’’ de retard sur le maillot jaune. Son équipier Alejandro Valverde, parti devant, lui servit un temps d’appui, avant que Quintana ne s’en aille comme un izard sautant d’un rocher à l’autre dans les Pyrénées. Il ne refit qu’une partie de son retard, mais le panache était enfin au rendez-vous.

Chris Froome (au fond) en perdition est attendu par son jeune équipier Egan Bernal.REUTERS/Stephane Mahe

L’étape a finalement donné lieu à la plus belle bataille depuis le début du Tour. Dans cette bagarre entre les meilleurs coureurs du monde, il fallait des victimes. Romain Bardet fut la principale. Le Français n’a pas tenu le train imprimé par le jeune Egan Bernal, prodige colombien de la Sky qui aplanissait la montagne pour Thomas et Froome. Entre ces deux-là, justement, on a compris que la hiérarchie ne serait pas renversée. Quand Tom Dumoulin démarra à 1,5 km du sommet, Froome lâcha prise – et perdit sa deuxième place au classement général – tandis que Thomas prenait la roue du Néerlandais, avant de le déposer peu avant la ligne. Le Gallois est bien le plus fort sur le Tour de France 2018. Et c’est un juge de paix qui l’a dit !

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?
%d blogueurs aiment cette page :