• Accueil
  • >
  • ACTUALITES
  • >
  • Ministere de la justice : Portrait du Ministre Ismaïla Madior Fall

Ministere de la justice : Portrait du Ministre Ismaïla Madior Fall

  • 3 Années depuis
  • 0

Portrait : Ismaïla Madior Fall ou le caudataire bouffon du Prince

L’universitaire et juriste de renom est devenu la cible de l’opposition pour son soutien indéfectible à tous les projets de loi du chef de l’Etat. A toutes ses initiatives, même les plus discutables. Il est considéré aujourd’hui comme le «fedayin» utilisé pour faire rempiler par tous les moyens le président de la République. Quitte à ce que le pays brûle. Portrait d’un homme hier crédible et adulé par ses étudiants, aujourd’hui voué aux gémonies. (Le Témoin)

Depuis que la proposition de loi sur le parrainage a été conçue, le ministre de la Justice et Garde des sceaux est devenu la cible de l’opposition mais aussi de plusieurs franges de l’opinion nationale. Constitutionnaliste de renom, Ismaïla Madior est crédité d’une grande confiance de ses pairs en sa qualité de juriste aguerri et très respecté en Afrique. Les traits raffinés, calme, lunettes d’intello bien vissées sur le nez, cheveux bien soignés, plus de 50 ans au compteur, le professeur agrégé de Droit est l’un des juristes les plus adulés de l’Université cheikh Anta Diop de Dakar. Il est particulièrement respecté par ses étudiants qui lui vouent une grande admiration. C’est peu dire que la plupart d’entre eux sont sous le charme de ce monsieur distingué qui se maintient. Ses cours, il les distille avec une certaine aisance et avec élégance.

Intellectuel machiavélique, piètre politicien

S’il fait l’unanimité du point de vue de ses connaissances universitaires, s’agissant de son entrée en politique et son engagement auprès du président Macky Sall, les avis sont divers. «Je pense qu’il aurait dû éviter d’entrer dans la mare politique et continuer à enseigner le Droit. Il aurait dû se suffire de son salaire de professeur de rang magistral, des honoraires qu’il gagne à travers ses consultances et autres. Je ne sais pas ce que le président Sall peut lui donner et qu’il n’avait pas déjà à part lui attirer des ennuis et l’antipathie des Sénégalais avec ces propositions de loi politiciennes pour maintenir quelqu’un au pouvoir », se désole un quadra qui connaît bien l’homme.

Tireur d’élite de Macky Sall

Poussant le zèle, pour ne pas dire le griotisme, plus loin, le professeur Ismaïla Madior Fall n’hésite plus à s’attaquer à n’importe quelle personnalité qui critique les propositions de lois de son patron. Son collègue universitaire Abdoulaye Bathily en a fait les frais. « Personne ne peut remettre en cause le principe démocratique du parrainage », lui a-t-il rétorqué. Macky Sall bénéficierait-il de l’infaillibilité papale ? A en croire Ismaïla Madior Fall, cela ne fait l’ombre d’aucun doute ! Sur une probable 23 juin par rapport à cette loi controversée, il botte en touche toute idée de soulèvement populaire. A en croire l’obséquieux ministre, le système du parrainage est une « excellente » (mais oui, voyons !) chose pour la rationalisation des partis politiques.

Lorsque Madior se renie

Retour sur le temps pour saisir la décrépitude de la pensée du brillant professeur. Visez donc ce post de l’ancien ministre de la culture du président Wade, Amadou Tidiane Wone dit Baba : «Voici ce que le Professeur en Droit constitutionnel d’avant, Ismaila Madior Fall, disait lors de sa présentation sur “ «les textes constitutionnels du Sénégal de 1959 à 2007» : la constitution est-elle une loi fondamentale ou un texte manipulable ? À cette question il répondait : «Cette interrogation trouve toute sa signification dans les régimes politiques africains. La Constitution est, à l’épreuve de sa dynamique, manipulée au gré des gouvernants du moment, en particulier du président de la République dont les ressources institutionnelles et politiques sont telles qu’il peut transformer la Constitution en instrument de légitimation de sa politique. Il peut ainsi orienter le sens d’une règle constitutionnelle ou contourner les obstacles dressés par le constituant pour sécuriser les principes, mécanismes et règles inscrits dans la charte fondamentale.»

Toue ressemblance avec un chef d’Etat africain en exercice est, bien entendu, purement fortuite. Et pour terminer avec les bizarreries du prof l’ancien ministre de la culture de Wade interpelle l’avocat défenseur du parrainage en ces termes : «que pense aujourd’hui le Professeur Ismaila Madior Fall du ministre de la Justice Ismaila Madior Fall, tailleur constitutionnel du Président Macky Sall ? Les conditions d’adoption de la loi sur le parrainage ne violent-elles pas la constitution ?» A n’en point douter, le monde est assurément petit. Mais heureusement que le vent, lui, ne cesse de tourner. Au grand bonheur des girouettes qui, comme le Pr Ismaïla Madior Fall, fluctuent au gré de sa direction !

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
  • linkedin

Laisser un commentaire

© 2019 Copyright Radio Espérance FM 95.2

× Comment puis-je vous aider ?
%d blogueurs aiment cette page :